20 ans d’actions solidaires

Sur toute l’année 2012, le Secours Islamique France va célébrer ses 20 ans : l’occasion de revenir sur le chemin accompli. Nous voulons mettre l’accent sur nos réalisations, mais aussi remercier nos donateurs dont le nombre et la générosité n’ont cessé de croître tout au long de notre histoire.

Secours Islamique France : 20 ans dans l'action humanitaire

Rachid Lahlou, président-fondateur du Secours Islamique France

Aujourd’hui, le SIF intervient directement ou indirectement dans une trentaine de pays : Territoire Palestinien, Haïti, Tchad, Madagascar, Sénégal, Pakistan… et France. Avec ses 350 bénévoles actifs et sa centaine de salariés au siège, le SIF a fait sa place parmi les principales ONG françaises. Pour moi, la grande aventure du SIF a débuté un jour de 1991, par un coup de fil de Hany El Banna, médecin britannique, égyptien d’origine et fondateur du réseau Islamic Relief Worlwide (IRW), me proposant de créer une structure en France. J’ai voulu relever le défi et cet instant a marqué un bouleversement incroyable dans ma vie. Nous avons fondé notre mission dès le départ sur les valeurs de solidarité et de respect de la dignité humaine qui sont essentielles dans l’Islam, avec pour principe d’apporter notre aide dans le respect de la diversité culturelle et sans distinction d’origine, d’affiliation politique, de genre ou de croyance.

L’histoire du SIF est jalonnée de rencontres avec des interlocuteurs qui ont eu l’intelligence de percevoir la plus-value qu’une telle organisation pouvait apporter au monde de la solidarité, et qui nous ont ouvert des portes à des étapes charnières. Cette reconnaissance s’est également fondée sur la capacité opérationnelle de l’organisation, la réactivité, la marge de manœuvre que nous octroient nos fonds propres. Par ailleurs, le SIF fournit des efforts particuliers pour inscrire son action dans le collectif, participer aux réseaux inter-associatifs, se coordonner, dialoguer.

Nombreux sont aujourd’hui les instances de dialogue formelles ou informelles, les espaces de concertation ou d’échange au sein desquels le SIF est le bienvenu, reconnu et souhaité.

Le rapport à la religion tel qu’il se vit dans une laïcité à la française nous a certainement conduit à développer une approche un peu différente de celle d’IRW. En outre, au fil des années, le dynamisme de la collecte en France a poussé le SIF à prendre son autonomie par rapport au réseau international Islamic Relief Worldwide, en devenant acteur opérationnel à part entière. Une chose est certaine, gérer la double identité musulmane et humanitaire de la structure ne va pas toujours de soi. Elle fait l’objet de questionnements et de débats constants. C’est en organisant le dialogue et en promouvant la réflexion en interne que nous travaillons à renforcer la cohérence de l’ensemble. Nous voulons valoriser la force et l’engagement dont est porteuse la conjugaison entre les valeurs religieuses musulmanes et la mission universelle de solidarité humaine que s’est donnée le SIF.

L’engagement issu de nos fondements religieux est pour nous un patrimoine à préserver précieusement car porteur de notre spécificité et de notre richesse.

Rachid Lahlou, Président fondateur du Secours Islamique France

Témoignages :

Dr. Hany El Banna, co-fondateur et ancien président d’Islamic Relief Worldwide (IRW) :

« Je félicite les acteurs du SIF qui portent le message de l’humanitaire français dans l’hexagone et dans le monde, avec leur culture musulmane, et qui ont su maintenir le cap de la neutralité dans leur positionnement et leur action. Je me réjouis de voir que le SIF est partie intégrante du tissu humanitaire français au sein duquel il est accepté et reconnu, y compris par les pouvoirs publics. Grâce au travail dévoué de la jeunesse musulmane de France, nous avons donné corps à notre rêve et transformé la graine plantée en une belle forêt. »

Rony Brauman, Ancien Président de Médecins Sans Frontières (MSF), professeur associé à Science-Po :

« Le SIF est assez proche de MSF du point de vue de son indépendance vis-à-vis des fonds institutionnels. C’est un avantage opérationnel énorme. Une liberté essentielle qui est celle de décider de la nature et du lieu de son intervention. Une réactivité bien plus grande par rapport à d’autres organismes qui n’ont pas la possibilité de déclencher leur propre action. »

Mohammed Moussaqui, Président du Conseil Français du Culte Musulman :

« Prêter une attention aux plus vulnérables, sans distinction de religion, fait partie intégrante de la foi musulmane. C’est un devoir. Quand j’ai découvert l’action du SIF envers les plus démunis, j’y ai tout de suite adhéré. »

A suivre, une relation particulière avec les donateurs

Relire : Précarité en France, le SIF développe ses missions sociales

,