Actualités en bref

France : fin du plan hiver

Comme chaque année, durant le Plan Hiver, le SIF s’est activé : 84 maraudes sociales, 9 hébergements au foyer Adoma et 45 déjeuners distribués par jour pour les sans-abri à « Ma Maison » à Saint-Denis. De plus, 3 mises à l’abri pour hommes et femmes leur ont permis de passer la nuit au chaud dont celle de Sevran qui a accueilli 64 personnes orientées par le 115. Grâce à un partenariat avec l’Hôtel Social du 93, plus de 40 personnes ont été dirigées vers d’autres structures. Pour maintenir un lien de proximité avec les hébergés, le SIF a organisé des soirées de convivialité mais le 30 mars, en présence des bénévoles, nous avons organisé un dernier moment d’échanges avec les usagers afin d’avoir leur sentiment sur l’hébergement. Une soirée conviviale mais emprunte de tristesse à l’annonce de la fin du plan hiver.

 

Marion au Sénégal

Ce qui m’a marquée lors de ma mission d’évaluation des projets au Sénégal, c’est notre visite à ce groupement de femmes qui teignent le tissu. Nous avons été engloutis dans leur enthousiasme, un accueil en chant et danses. Sur la trentaine de femmes, chacune a sa place dans la chaîne de production : certaines nouent les tissus qui donneront les motifs, d’autres les plongent dans des bains d’eau chaudes et froides contenant la teinture voulue. On fait sécher et enduire de gomme arabique pour obtenir un tissu bien tendu ! Le résultat est magnifique et n’a plus qu’à être vendu. L’argent de la vente est mis en commun pour rembourser l’investissement. Elles s’organisent également en tontine pour pouvoir être plus fortes à plusieurs. En voyant ces projets, je suis convaincue que c’est par l’éducation et l’appui vers l’autonomie que nous permettrons à ces gens d’avancer!

 

En Syrie, Ahmad sourit

Rien de plus beau pour une famille que de voir son nouveau-né sourire ! Ce sourire, c’est le sourire de l’espoir. Ce sourire, c’est le sourire d’Ahmad, un nourrisson inconscient de ce que sa famille endure depuis le début de la crise en Syrie. Quand la violence s’est intensifiée, le père de cette famille modeste, Mostafa Abdullah, n’a pas eu d’autre choix que de fuir le foyer, avec sa femme et ses trois enfants. L’histoire se répète plusieurs fois, jusqu’à ce que la famille arrive à Al-Ghezlaniah, dans la région de Damas, où elle s’est installée dans un modeste abri. Aujourd’hui sans emploi, Mostafa s’arrange au quotidien pour travailler afin de subvenir aux besoins de sa famille, la source de son sourire à lui. Grâce aux dons collectés, le SIF a aidé cette famille et bien d’autres en leur installant des portes et des fenêtres, en leur construisant une petite cuisine, une toiture, avec radiateurs et latrines décentes. Pour que Mostafa puisse abriter décemment sa famille et qu’Ahmad continue d’arborer son sourire…

 

Mali : à la rencontre des femmes de Sibikili

Quant à Xavier, en charge des projets Afrique, il s’est rendu au Mali pour évaluer la qualité de nos projets. « Je pourrais vous parler des puits, des châteaux d’eau, des systèmes d’adduction d’eau potable dans la région de Kaye, à Kita, pour plus de 12.000 bénéficiaires. Je pourrais vous parler aussi des producteurs (et productrices !) que nous avons formés pour développer la culture de céréales, de haricots, d’oignons…, ou des semences et des outils distribués, mais ma rencontre avec les femmes du village de Sibikili m’a particulièrement touché. Nous leur avons distribué 50 caprins, des chèvres et des boucs plus précisément. Le principe de passation du don veut que les premiers bénéficiaires donnent le premier chevreau à une seconde famille, et ainsi de suite. Les chèvres sont utilisées pour la production de lait, à destination des enfants, puis pour la vente et la consommation de viande. Echanger avec ces femmes devenues elles-mêmes des acteurs solidaires n’en rend le projet que plus fort ».»