Le chemin de l’Aïd

01Durant toute l’année, l’Aîd fait son chemin pour que le partage, la solidarité, la dignité et le respect de l’éthique soient au rendez-vous pour ce moment si particulier.

 

Cela commence en Octobre. Les équipes sur le terrain mènent des enquêtes pour estimer le nombre de bêtes qu’elles peuvent sacrifier et le prix d’achat en incluant pour chaque bête son eau, son fourrage et les frais vétérinaires.

Les infos sont envoyées au siège qui doit prendre en compte les estimations des dons à faire coïncider avec les capacités des équipes terrain. A partir de là, le siège fait une commande de bêtes par pays.

Le donateur a ensuite le choix entre le financement d’un sacrifice entier dans l’un de nos pays d’intervention ou de participer au Fonds Sacrifice. De notre côté, on identifie les personnes à qui donner le sacrifice. Les plus vulnérables sont souvent les femmes et enfants chefs de famille, les familles nombreuses ou qui comptent des personnes en situation de handicap ou des personnes âgées. Ils seront avertis en amont de l’heure et du lieu de la distribution.

Nous achetons les bêtes avant l’inflation en respectant l’équilibre des cheptels de la région, en coordination avec les autres ONG pour éviter les doublons par rapport aux bénéficiaires.

Nous identifions les lieux d’abattages et si les bénéficiaires ont la possibilité de pratiquer eux-mêmes ce rite. En tout cas, nous faisons attention aux bonnes conditions de vie et de transport dans lesquelles les bêtes vivent jusqu’au lieu d’abattage. Elles arrivent dans des enclos avec de la nourriture et sont surveillées et passent le contrôle vétérinaire dès leur arrivée.

Durant le jour J, après la prière de l’Aïd, le sacrifice peut commencer : une équipe du SIF est toujours présente pour vérifier que tout se passe bien et que chaque bénéficiaire reçoit la même quantité de viande. Nous essayons de limiter au maximum l’attente et de sécuriser les lieux de distribution car notre mot d’ordre est de travailler vite et bien durant ces trois jours. Chaque bénéficiaire repart avec son petit colis et les équipes sont épuisées mais heureuses.

Mais ce n’est pas fini ! Les équipes mènent des évaluations en posant des questions à des bénéficiaires sur la qualité de la viande, s’ils partagent la viande avec d’autres personnes, si les distributions se sont bien passées… Et très important, le SIF veille également à la gestion des déchets pour préserver l’environnement.

 

L’Aïd en trois questions :

Comment fixez-vous les tarifs ?

Le prix varie d’un pays à l’autre. En effet, le contexte économique, le niveau de vie des populations, la disponibilité du cheptel sont autant de critères qui peuvent faire varier le prix d’une bête. A cela s’ajoute bien sûr l’ensemble des coûts directs et indirects qui font partie du projet, à savoir le contrôle vétérinaire, l’abattage, le conditionnement, le transport et la distribution. C’est l’ensemble de ces coûts que nous répercutons en tout transparence sur nos prix.

 

Où et comment sont abattus les animaux ?

Les équipes disposent d’un cahier des charges strict à suivre pour l’exécution du projet. Nous privilégions les éleveurs locaux pour développer le commerce local afin d’en faire profiter la communauté dans son ensemble.

Les sacrificateurs sont musulmans et la découpe de la viande est faite de telle sorte à ce qu’il y ait un maximum de bénéficiaires. Enfin en fonction des pays et donc des coutumes, nous sacrifions des moutons, des vaches, des bœufs, ou encore des chèves.

 

Est-il permis de faire sacrifice par procuration ?

La wakala (procuration) est totalement permise. Le Prophète (PBSL) lui-même et ses compagnons ont déjà procédé à des sacrifices par procuration. Si vous ne savez pas, ne pouvez pas ou tout simplement si vous voulez offrir à des familles de quoi célébrer dignement l’Aïd, nos équipes sont là pour réaliser votre sacrifice dans le respect de l’éthique musulmane.