Le sacrifice, un acte de dévotion avant tout !

Si le sacrifice (Oudhiya) de l’animal en tant que tel est la chose retenue en premier lieu par beaucoup de personnes, il est important de revenir au sens profond de ce rite.

 

Un acte de foi pour Dieu

Imaginez devoir sacrifier votre fils ! C’est ce qui a été demandé à notre Prophète Ibrahim (PSL), l’épreuve ultime qui évaluera le degré de son obéissance vis-à-vis de Dieu. En toute soumission, Ibrahim avec le consentement de son fils, Ismaël, se tenait prêt à exécuter l’ordre jusqu’à ce que Dieu decréta qu’il en adviendrait autrement et qu’à la place un bélier serait immolé.

 

Un rappel perpétuel pour le croyant

Parce qu’elle est d’une importance capitale pour les générations à venir, Dieu rappelle : « Et Nous perpétuâmes son renom dans la postérité : Paix sur Ibrahim ». (S.37 ; V.108-109). C’est ainsi que chaque année, des millions de musulmans pratiquent ce rituel.

Cette histoire révèle également comment Dieu, Exalté soit-Il, considère le caractère sacré de l’être humain en épargnant Ismaël d’une mort atroce. En ces temps de cirse et de violence aveugle dans le monde, voici une preuve formelle de sa bonté et de sa miséricorde à l’égard de ses créatures.

 

Une nourriture à partager avec les autres

Le pauvre occupe une place tellement particulière que Dieu nous le rappelle sans cesse au travers de nombreuses pratiques religieuses. La Zakât qui est un droit pour le nécessiteux ; le Ramadan, le mois de générosité par excellence et le pèlerinage durant lequel le sacrifice est préconisé pour toute personne ayant les moyens de s’en acquitter.

« Mangez-en et nourrissez-en le besogneux discret et le mendiant » (S.22 ; V.26)

C’est en ces termes qu’il est demandé à tout un chacun de partager la viande du sacrifice : une partie pour sa famille, une autre à offrir et une troisième à ceux qui sont dans le besoin. Chaque année, et ce depuis 25 ans, le Secours Islamique France, perpétue cette tradition en distribuant des colis de viande dans une quinzaine de pays, une manière de permettre à des familles de célébrer dignement l’Aïd Al Adha.

 

Les bienfaits nutritionnels sacrifice

Le sacrifice consiste à donner de la viande aux familles les plus vulnérables à l’occasion de l’Aïd Al Adha. La viande est un produit noble et cher, quasiment inaccessible pour la plupart des ménages tout au long de l’année. Un projet tel que le « Sacrifice » a un impact nutritionnel positif sur les individus et sur leur santé.

 

La viande est une source importante :

  • De protéines pour prévenir ou corriger les déficits et leurs conséquences telles que la dénutrition qui se traduit par une grande fragilité, une moindre résistance aux infections, une fonte musculaire importante
  • De glucides et de matières grasse (lipides) pour l’énergie musculaire, surtout en cette période de travaux agricoles dans les champs
  • De nombreuses vitamines pour les renforcements de l’organisme, surtout celles du groupe B (B3, B6, B12) indispensables au bon fonctionnement du cerveau et au renforcement du système immunitaire
  • De plaisir et de sensation de bien-être de manger en famille un produit rare et cher
  • Enfin, c’est autant d’argent économisé pour ces familles démunies.