Ramadan : quand l’altruisme atteint son paroxysme

« […ils] offrent la nourriture malgré son amour, au pauvre, à l’orphelin et au prisonnier (disant) : « C’est pour le visage d’Allah que nous vous nourrissons : nous ne voulons de vous ni récompense ni gratitude » (S.76 ; V.8 et 9)

Donner sans attendre quelque chose en retour, c’est ce que l’on appelle l’altruisme. Cet état d’esprit qui veut que l’on pense à l’autre avant soi-même sans en tirer un avantage quelconque si ce n’est recevoir la lumière des lumières qu’est la Face de Celui qui, seul, est. Cette lumière du divin recherchée par tout croyant rappelle la qualité de Aïcha, épouse du Prophète (Paix et Bénédiction Sur Lui – PBSL), qui avait pour habitude, de parfumer son don, avant de l’offrir à un nécessiteux car, pour elle, le destinataire final était bel et bien Dieu, Le Sublime.

 

Ramadan, un mois spécial

La particularité de ce mois exceptionnel repose notamment sur le fait que c’est en ce mois béni que fut descendu le Coran, une Lumière pour l’humanité : « Certes, nous l’avons fait descendre pendant la nuit de Al Qadr » (S.97 ; V.1). Une nuit d’une valeur inestimable où la récompense pour chaque action est démultipliée « La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois » (S.97 ; V.1).

Pendant ce mois, chacun est invité à développer sa relation, verticale, avec Dieu pour mieux cosolider ses liens avec les Hommes dans une relation horizontale la plus parfaite possible.

On rapporte que le Prophète Muhammad (PBSL) lui-même était le plus généreux et il l’était encore plus pendant Ramadan. Cette force et cette énergie que chacun ressent en ce mois sacré nous poussent à faire des choses extraordinaires et de devenir en quelque sorte « quelqu’un d’autre ».

 

Etre en empathie avec les autres

Dans une parole attribuée au Prophète (PBSL), on rapporte qu’il a dit : « Nul ne sera un véritable croyant tant qu’il ne voudra pas pour son frère ce qu’il veut pour lui-même ». On parle de souci empathique dès lors qu’on est en résonance avec autrui, qu’on ressent ce que l’autre ressent. C’est exactement ce que veut nous faire vivre Ramadan. S’il rappelle à chacun l’état de faim et de soif que peuvent ressentir les personnes dans le besoin, il veut aussi et surtout qu’on se souvienne de tous les bienfaits qu’il procure comme la satisfaction d’aider autrui, l’élévation de la foi… Riches ou pauvres, hommes ou femmes, jeunes ou vieux ; une communauté toute entière qui jeûne en même temps dans le seul but de plaire à Dieu.

 

Faire preuve d’exemplarité

Heureux celui qui aura passé avec succès le mois de Ramadan. Un «examen» qui demande effort, patience et persévérance. Une remise en question de tous les instants où l’objectif ultime est de s’élever spirituellement tout en faisant rayonner autour de soi les notions de générosité, de partage et de joie.

Le don est à prendre au sens large ; bien au-delà du don d’argent, il existe de nombreuses manières de participer à des actions solidaires : donner du temps aux autres, mettre ses compétences à leur service, promouvoir la bonne parole et le bon comportement avec autrui.

« Que Dieu fasse de ce Ramadan un tremplin pour chacun et que nous atteignions grâce à la pitié ».